Dany

Je me sentais comme s’il s’agissait de la fin du monde.

Le mot effrayé ne décrit pas comment je me suis senti la première fois où j’ai utilisé ma canne blanche pour traverser la rue seul. J’étais terrifié!

Non seulement avais-je peur de traverser une intersection sans pouvoir voir la circulation, la route, ni la distance que je devais parcourir pour atteindre l’autre trottoir. Mais je me sentais également extrêmement vulnérable, faible et effrayé que des gens que je ne pouvais voir puissent me percevoir comme une cible.

Laissez-moi partager mon cheminement personnel avec vous et vous laisser savoir la différence que votre don fait pour moi.

Il y a six ans, j’ai reçu un diagnostic de rétinite pigmentaire, une maladie génétique évolutive qui m’a rapidement fait perdre la vue. La condition a tout d’abord affecté ma vision périphérique et s’est transformée en ce que la majorité appelle la vision tubulaire. À la maison, je heurtais constamment des objets. Au bureau (ou je travaillais à titre de concepteur de site Web), certains détails ont commencé à m’échapper. Je ne pouvais plus conduire, et les tâches de la vie quotidienne, comme le choix de vêtements, sont devenues un défi.

En sachant qu’il n’existait aucun remède et que ma vision ne cesserait de s’empirer, j’aurais pu facilement me replier sur moi-même et sombrer dans la dépression. Toutefois, j’ai été l’un des chanceux à prendre connaissance du MAB-Mackay peu après mon diagnostic. Ils ont véritablement transformé ma vie.

Le personnel dévoué a fait bien plus que m’aider à accepter mon sort, ils m’ont également soutenu dans tous les aspects de ma vie. Des thérapeutes ont pris le temps de venir à mon domicile pour s’assurer que mon environnement de vie convenait bien et était adapté à mes besoins. Ils m’ont appris comment utiliser un ordinateur adapté, marcher avec une canne blanche, devenir autonome dans ma propre maison, en plus de m’enseigner de nombreuses autres habiletés précieuses.

Initialement, je n’étais pas un étudiant passionné. J’avais honte d’utiliser ma canne et je refusais obstinément de la conserver avec moi. Comme vous pouvez vous imaginer, j’éprouvais de la difficulté à me déplacer et je me heurtais à tout ce qui m’entourait. Les gens me demandaient pourquoi j’étais si maladroit, ou même si j’étais saoul.

De plus en plus, je perdais mon indépendance alors que ma vision continuait de se détériorer. Il est devenu évident que ma vie prenait un virage drastique et que j’avais véritablement besoin d’aide.

J’étais très frustré. Toutefois, mon instructeur en mobilité et mon travailleur social au MAB-Mackay m’ont aidé à voir les choses différemment. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à utiliser ma canne blanche que je me suis rendu compte à quel point j’étais venu près de me blesser grièvement, et à quel point j’étais venu près de tomber sur les rails du métro!

Tout de même, une partie de moi hésitait à utiliser ma canne partout. Je devais prendre une décision, une qui me forcerait à utiliser une aide à la mobilité en tout temps. Mickey, un labrador couleur sable, est entré dans ma vie est devenu mon meilleur ami. Il est mon partenaire depuis 2012. Je savais que si j’avais un chien-guide, je ne parviendrais plus à cacher ma déficience, ou mon « habilité spéciale » comme je me plais à présent de l’appeler. Je pouvais facilement plier ma canne et la mettre dans mon sac à dos, mais je ne pouvais pas cacher mon loyal compagnon canin de 60 livres.

Je dois une grande partie de mon succès à la formidable équipe du MAB-Mackay. Je suis si reconnaissant qu’ils m’aient montré la voie. Je perçois le personnel infatigable du Centre comme mes amis et ma deuxième famille. Ils ne m’ont jamais jugé et ont tout fait pour me responsabiliser.

Merci de m’avoir donné les outils et l’espoir afin de transformer ma vie, et de ne pas avoir permis à la cécité d’être un obstacle à mon bonheur et à mon succès.

Dany